mardi 1 décembre 2015

GP Ste-Martine: La ligne qui te sépare des autos.

Il y quelques semaines, un des organisateurs de la course de Ste-Martine m'a apostrophé sur un sujet particulier: le règlement de la ligne jaune.  En gros, il m'a demandé de vous demander (!) ce que vous en pensiez.  Spécifiquement pour cette course.

L'an passé, à Ste Martine, les organisateurs avaient placés sur le parcours 2 zones où les cyclistes pouvaient traverser la ligne jaune. Je peux me tromper, je n'y étais pas.

Sa question était: Est-ce que cet arrangement faisait votre affaire ou non ? Devrait-il ouvrir les 2 voies sur l'ensemble du rectangle ? Cela impliquerait une organisation différente mais au moins les organisateurs aimeraient vous entendre.

Le Grand Prix Ste-Martine est l'un des plus populaires de l'année.  Pour l'avoir coursé souvent, je pense personnellement que c'est un circuit qui pourrait être fermé, permettant plus facilement aux nombreux cyclistes de mieux se positionner, de limiter les risques de chutes sur un corridor étroit et enfin de pouvoir attaquer sans être déjà le gars qui tire déjà en avant...mais bon, c'est mon avis !

On s'entend, à Ste Martine, les pelotons son gros comme mon ventre en novembre et nerveux comme mon chien...

Quel est votre opinion ?

lundi 2 novembre 2015

Championnat québécois de cyclocross à Sherbrooke.

Dimanche avait lieu la dernière occasion de l'année de montrer tes gros mollets sur un vélo dans une compétition. Sherbrooke accueillait le championnat québécois de cyclocross.

Ayant demeuré quelques années dans cette ville, je connaissais quand même bien l'ancien trajet de cyclocross du Parc Victoria. Un sapré beau trajet.  Alors quand j'ai su qu'ils avaient déménagé le site, je trouvais que la barre avait été levé bien haute.  Bien laissez-moi vous dire: Ils ont sauté bien au-dessus !   Assez pour faire une course sur l'ancien trajet et une autre sur ce nouveau...

C'était hallucinant de plaisir. 

Parti de Rimouski le matin même (merci au changement d'heure favorable) avec deux comparses, nous avons traversé autant de nuages de pluie qu'une bobette peut voir de pet après un dîner à la cabane à sucre.  Le beau 6 degrés au matin laissait croire à une drôle de décision.  

En arrivant, je croise quelques amis locaux et leurs expressions me laisse penser qu'ils ne reconnaissent pas du tout la piste qu'ils ont piloté cette semaine…ça part ben.

Perso, je viens de sortir de mon quelques-semaines-de-repos-d'automne (lire 4-5 trainings pour le mois), j'y allais donc pour le fun, le vrai fun de pédaler sans stress.  Et c'est exactement dans cet état d'esprit que je me suis pointé sur la ligne exactement 20 secondes avant mon départ...que je cherchais partout.

Mes talents de pilote sont limités.  Moins qu'avant, mais franchement handicapant pour être performant dans ce sport. Un gars de vélo de montage connait les bonnes lignes à prendre, ne s'énerve pas à la vue d'un bunny-up à faire, ne penche pas son bécik dans une courbe, a l'habitude de voir sa roue arrière se balader de gauche à droite, il pédale pareil dans les sections techniques.  Bref, moi je ne fais rien de ça.  Moi je pousse. J'incline mon vélo.  Ma roue arrière est toujours dans le même plan que ma roue avant.  Alors participer à un championnat out of shape, je reste profil bas et décide de faire rire les spectateurs. Surtout, de ne pas nuire à personne qui prendrait cette journée au sérieux.

Ma bouche est restée fermé toute la "course" juste parce que ma technique déficiente ne me permettait pas de pousser. Pis parce que d'la bouette, ben ce n’est pas si bon au goût. 

En bref, le trajet était vraiment varié, pas tellement côteux, mais pas super roulant non plus, étant donné qu'avec la pluie, l'herbe n'était plus sur le sol mais bien sur ton cadre ou tes dérailleurs...L'avoir fait sur le sec aurait été bien différent.  Le cyclocross est souvent une affaire de relance.  Tu passes de petites sections gauche-droite, et tu relances. Nous avons aussi eu droit à la fameuse spirale, où le cycliste entre par l'extérieur jusqu'en son centre pour en ressortir en changeant de direction de rotation. J'écris ça et je ne comprends toujours pas comment ça marche. Faut dire qu'une fois lancé dans la spirale, ta vision rétrécit comme dans une courbe avec un vrai Go-Kart.  C'est d'ailleurs à cet endroit que j'ai testé les limites rotationnelles de mon vélo...et terminé sur les fesses...

En tout cas, j'en ai ri un coup.  De voir des filles glisser sur les fesses une petite côte pentue de bouette au lieu de la descendre sur le vélo, ça valait la peine de rester à cet endroit 45 minutes.  De voir les séniors et maîtres faire des touts-droit à la même place et aller s'étamper dans la banderole aussi.  Sans conséquence majeure pour la plupart.  

Dans ma catégorie, mon coéquipier chez Trek-Fiera, Jean-François Blais, a défendu son titre avec panache. Oui, oui. Son titre de champion québécois.  Lequel ? Parce qu'il faut savoir qu'il a aussi le titre de champion québécois de route, acquit à la fin août en échappée avec un équipier.  Titre que lui avait laissé Dominic Chalifoux en perdant à la courte paille dans le dernier kilo.  Sacré saison.  Non, juste normal. Monté sur le podium des championnats canadiens de route cet été, il en était le champion défendant 2014. 

Chez les Séniors, voir Raphael Gagné, le champion canadien de cyclocross et peut-être représentant en vélo de montagne aux prochains JO, était juste du bonbon.  Il pédalait comme sur du bitume, sautait les obstacles comme un chevreuil et chauffait comme un gars de rallye...j'en revenais pas de sa facilité.

Le site de Sherbrooke sera le trajet du championnat canadien de cross pour les 2 prochaines années.  Ça sera complètement débile de voir les meilleurs là-dedans.  En espérant que les citoyens de Sherbrooke seront indulgents pour leur herbe. Ça va repousser vite, vous aller voir. 

En gros, l'événement a pour ma part répondu aux attentes et même plus. Un trajet extrêmement varié, spectaculaire, une belle ambiance malgré la météo limite (on s'en fou c'est du cross), et une sacré bonne Siboire pour digérer tout ça à la fin.  

Aux organisateurs, bravo, et à l'an prochain.


Et bon repos automnal à vous tous !

PS.  J'vous ai dit que j'étais revenu dans mon coin de pays après ?  (...)

mercredi 21 octobre 2015

C'est qui le prochain ?

Yo les grosses pattes !

J'voulais reprendre l'écriture depuis de nombreux mois, mais comme je n'avais pas de vie....

Un mort, ça ne peut pas écrire...tsé.

Alors bref, me revoilà. De toute manière, ayant repris la compé en août après une année à l'écart pour cause de vie familiale, ça va faire du bien aux cuisses et aux doigts de replonger.

Ça va bien toi ?

Ton taux d'hématocrite va bien ?

T'as maigris je trouve, t'as essayé l'AICAR ? Le clenbutérol ?  Ta blonde embarque sur toi plus souvent ? T'es sur le viagra ? 

J'te demande ça parce qu'officiellement un Maître B du peloton québécois vient de voir sa sanction être connu du public: Dominic Picard vient de prendre 4 ans loin des tournois de bécik, moins le temps qui compte depuis Juillet, date de son test positif au clenbutérol à la coupe des Amériques. C'est beaucoup 4 ans.  En tout cas, c'est plus que 2 ans comme avant. 

La coupe des Amériques, à Sutton, c'est pour un gars ou une fille de plus de 30 ans. C'est le championnat Nord-Américain, avec beaucoup de québécois, un peu d'américains et aussi un peu de d'ontariens. Bref, c'est parfois une course un peu plus dur que les autres. C'est une course où le contre la montre est primordial et il te faut une bonne capacité à absorber quelques bosses.  Mais c'est surtout l'une des plus le fun du calendrier.  Toujours à une semaine des championnats canadiens...ha ben r'garde donc ça.

Maître B, c'est la gang des 40-49 ans dans les compés de championnat.

Le clenbutérol, ben c'est l'histoire de vache contaminée d'Alberto Contador voilà pas si longtemps. Une vache ou un bœuf, c'pareil.  Anyway Alberto l'avait probablement mangé au complet.  Elle devait être maigre sa viande, parce que le clenbu, c'est un peu ça que ça fait; tu maigris pis on voit tes ti-mollets pis tes tites cuisses ben striées.  Pis t'avance plus vite sur un bécik.  Bref, t'es comme un cheval de course.  

Bref, une autre affaire pour décourager le gars qui s'accroche comme il peut dans le peloton. Soit parce qu'il a 3 enfants et juste pas de temps de pédaler à sa faim, soit parce qu'il a 500 heures de training et une bonne génétique mais ne comprend pas comment l'autre fait pour avancer encore plus que lui.

Anyway, j'suis déjà désabusé des pros.  Au moins eux, ils ont de bonnes raisons: La piasssse.  La recherche du bonheur par la reconnaissance mondiale.  Le dépassement de soi parmi l'élite. Essayer de passer au travers des courses ridiculement longues et difficiles. De passer à travers 9 mois de courses. 15 années à faire la palette d'argent gros max. Le « si ce n’est pas toi ça va être un autre ».  Awaye le clenbu !  J'prendrais fort probablement ma micro-dose d'EPO si l'on m'alignait au Tour de France. Quoi ? Pas toi ? Pffftttt...C'pas de même que ça marche en avant du peloton. Bravo à ceux qui résistent. Parce qu'il y en a.  

Mais là, passé la quarantaine.  Passé la cinquantaine.  Avec du clenbutérol. Tape ce mot sur Google. Regarde tes enfants après. 

Y en a combien d'autres ???  Dans combien de sports ???

Les gars du peloton maître savaient depuis cet été.  Nous attendions juste avant d'en parler ouvertement.  Ce que je peux vous dire, c'est que ses amis ne sont pas super content. Pourquoi ? Admettons que dans ton club de 2 roues l'un se fasse prendre.  As-tu pensé que nous pourrions avoir des doutes sur toi aussi ? Hey du clenbu, c'pas du Cialis là. Ça ne se s'achète pas dans le gym du coin. Tu ne dois pas juste lire sur la bouteille la posologie.  En tout cas, c'est la partie que ma tite tête ne comprend pas trop. Oui les zinternets mais là, c'est jouer encore plus avec le feu !  Ça peut faire bobo à ton toi en entier.  Ça fait du bobo à ton corps, mais aussi à tes équipiers, tes sponsors, ça doit faire bobo à ta blonde, à ton entourage, bref, capiche ?  Ce que je peux affirmer, c'est que ses ex-équipiers ne la trouvent pas drôle.  Dans le sens qu'ils ne veulent pas être mis dans ce panier.  

Dans le club avec lequel je course, nous avons quelques-uns des plus beaux spécimens de cyclistes québécois de plus de 40 ans.  Notre boss nous a donné quelques règles très claires: représente bien ton gilet pendant et après les courses, donne une comportement sportif impeccable, amuse-toi, mais ne te drogue pas.  C'est un message régulier de celui qui s'occupe du club.  Et quand tu vois le temps qu'il met pour que tout fonctionne, tu ne peux pas le décevoir.  Courir maître, c'est supposé être ça.  Se défoncer dans le plaisir, peu importe le résultat. Tant mieux pour celui qui met plus d'effort, a une meilleure cylindrée ou a plus de temps à passer sur le vélo.  Tant mieux pour ceux qui prennent ça plus à coeur.  Je l'ai fait en masse, je le fait encore un peu, toi aussi peut-être.  Mais désolé, pas en prenant des patantes interdites qui minerait potentiellement ma santé.  J'fais du vélo pour ma santé, pas contre ma santé.

Pour terminer, je vous donne cet exemple personnel: Dominic a gagné 2 fois les championnats québécois récemment sur la course sur route et en contre la montre.  De base, ce gars était en avant du peloton depuis plusieurs années chez les maîtres.  Très bon. Au championnat québécois, il y a 2 ans, celui qui passe la ligne en second, c'est qui tu penses ? Ben moi stie.  Dominic était parti en solo en style "facteur" dans un faux plat descendant vers le fleuve. Jamais pu le rejoindre malgré le vent de dos.  Le peloton étant plus petit, le faire sans dope, ça se peut. Il était dans de bonnes années.  Pis c'tais son genre de ne pas rester avec le peloton.  Par contre.  Est-ce que je me demande depuis combien de temps il prend des paparmanes plus fluorescentes que les miennes ? Mets-en ! Il semblait avoir une belle génétique, mais qui va nous le dire depuis combien de temps il trichait ? On ne le saura jamais. Comme pour les autres qui se sont faits prendre, comme les prochains qui se feront prendre.

Ce qui risque de surprendre le plus parmi les ti-vieux, c'est que c'est le type parfait de l'expression " STIE, PAS LUI ?!?". J'aurais misé sur d'autres.  Les fois que je lui aie parlé il m'avait laissé une très belle impression. J'aimerais bien un jour qu'il nous explique son cheminement.  

Ça commence à être loufoque.  Et si nous avions la possibilité d'avoir encore plus de tests, peut-être que plus rien ne me surprendrait. Ah ben non, c'est déjà fait, plus rien ne me surprend. 

C'est qui le prochain ?  Toi ?


vendredi 17 octobre 2014

Ce que tu peux faire lorsque tu ne roules pas un été...

Cinq mois sans écrire sur mon blog. Rien que ça.

À quoi bon ! Y a pleins de blogs partout maintenant. Certains résument des courses et d'autres ont des objectifs spécifiques d'informations.  Le miens est comme ma personnalité, il aime faire rire avec des histoires qui se rapprochent aux vôtres. Ça ne fait pas de moi quelqu'un de différent, juste que j'aime bien écrire ce qui se passe aussi occasionnellement dans ta tête !

Donc je n'ai pas beaucoup touché à mon vélo cet été. La raison est simple: Il est sortie un autre être humain de ma blonde ce printemps. Forcément, quand ça fait 3 x que t'assiste à ça, tu le fais presque les 2 pieds sur le pouff en mangeant du McDo tout en jasant avec les infirmières. Jusqu'au moment où l'obstéricienne call que ça ne marche pas comme elle veut et qu'elle va devoir faire un nouveau trou pour sortir le bébé. Bon, je vous épargne la suite, mais avec une poche de sang et une poche de pipi accrochée sur elle, on est loin de lui demander si on peut aller faire un tour de rang "juste pour 1h30 chérie...".

Pis ça dure un boutte. Pis le temps passe. Enfin, l'été passe...

Mais qu'est ce que ces derniers mois m'ont appris ?

En voici une idée:

Ce printemps en a été un de merde sur le plan météo. Vraiment. Je ne pouvais pas rouler, pis toi non plus d'ailleurs. Si tu as réussi à rouler, t'as gagné des courses ou tu possèdes une maison en Jamaïque.  J'ai bien aimé ce printemps. Toute cette froideur, cette pluie, ça endormait très bien la floune.

Arrive le temps des courses. Nouveauté chez les maîtres, les pelotons en fonction des forces et un peu moins de l'âge.  CHU PU CAPABLE DE LIRE LES CRITIQUES LÀ-DESSUS ! Tellement content d'avoir évité ça en personne.  Pis je vous le dis tout de suite: je suis ni pour, ni contre. Je n'ai pas d'opinion puisque je ne l'ai pas vécu.  Si c'est comme ça l'été prochain, je vous en reparlerai. Les choses finiront par se placer comme elle se doivent, mais c'est comme dormir 5 hrs. Pu capable !

La pirouette d'un copain à la compé de St-Raymond sur un tétreau de bois lors d'un sprint et la gestion de la FQSC de cet incident. Lui, je peux vous le dire:  il est pu capable d'en entendre parler.  Ça a mis fin à sa carrière de cycliste compétitif amateur.  C'est ben assez plate comme ça. Pis son cadre mange les pissenlits par la racine.

Quand tu travailles à 13h et que tu ne bike pas, avais-tu remarqué que t'avais du temps pour peinturer ta maison au complet le premier jour ? Non mais ça en bouffe tu du temps faire du vélo ! Surtout si le bébé se lève à 5h30. T'es le premier à dire bonne fête à tes amis sur facebook et à midi tu te demandes si tu l'as fait...

Un truc bizarre peut se produire si tu ne t'entraînes pas pendant 3-4 mois:  ton ventre baloune. Je ne dis pas que tu deviens bedonnant. Juste que les abdos coupés au carré sont un peu moins apparents.   Ton ventre est plus visible de tes yeux quand tu te regardes le nombril.  Ça, ça fait peur. Parce que le phénomène de désentraînement on connait tous ça. Bon t'as rien compris ? Regarde ta shape fin novembre, c'est de ça que je parle.  Mais en juillet, devenir essouflé parce que t'as monté 6 marches, c'est freakant.  Dire qu'un majorité de gens vivent comme ça.

Alors que t'es assis dans le divan et que t'écoutes "Maigrir ou mourir", tu regardes ta blonde et lui dit :"Chérie, me suis inscrit à la dirty40 fin août (une course/randonnée de 115 bornes en majorité terre battue au Vermont), ça te va ?".  Après le "Ok".  Ben y a toute une pente à remonter !  Ton premier 2hrs, tes premiers intervalles, ta première sortie de groupe, tous ça, au mois d'août ! Alors que tout le monde a largement profité de ce superbe été et commence à être tanné de rouler, toi tu commences ta saison comme en Virginie fin avril : en cuissard et manche courte.

Parce qu'en plus de la bedaine qui ressort, si ta fille arrive à côté de toi et te dis: "Papa, t'as comme des cheveux de grand-père !". Ben tu réalises que ta santé est importante.  Voilà un argument de plus pour aller rouler.

Question équipement, ça ne te coûte pas cher de pneus un été sans rouler. Ni de gel.  Ni de poudre.  Ni de mautadine de barres tendres.  J'suis pas tanné non plus de laver mon bécik.   Mon bike shop commence à me revoir itou.  C'est le fun, un bike shop. C'est comme chez Canadian Tire: Ça sent le pneu et un gars est Roi et Maître.

Pour la forme, c'est épouvantable.  C'est pas comme si tu sortais de l'hiver. Parce qu'au printemps, tu sors d'une saison de ski de fond, de raquette, de patin, du gym à 2-3 x par semaine. T'es en bonne forme générale.  T'as fait du trainer, à la limite, t'es prêt à pédaler. Mais si tu ne roule pas 6 mois, recommencer est une tâche ardue.  Ton cuissard est rendu trop grand parce que tes cuisses ont rapetissées.  Ton maillot est serré parce que ta bedaine a grossit.  Tu trouves que t'es pas si pire parce que tu viens de rouler 2hs.  Menute, tu l'as juste roulé à 28 km/h tout seul.  Va rouler en gang voir...

Après 2 semaines de vélo tu fais quoi ? Tu te fais couper le canal famille.  ST-CRÈME.

Pire qu'un accouchement.  Sérieux, 9 mois à porter un bébé, accoucher et tout les surprises qui viennent avec l'accouchement, y a rien là.  BEN POUR LE GARS LÀ !

Le toubib te dit 7 jours off du bécik. ATTEND AU MOINS 7 jours !!!! La première ride, à 25 km/h de moyenne vent de dos j'avais l'impression qu'un chimpanzée jouait avec mes boules.  Le lendemain, après un hicking avec les 3 enfants j'avais effectivement 3 gosses.  Je lui avait dit que j'en avais 3, pas que j'EN VOULAIS 3.

Là tu prend une autre semaine off. Encore.  Et ça recommenceeeeeeeeeeeeeeee....

Puis vient ta première séance d'intervalles.  Ne vas pas dans ta côte de référence.  Ne fait pas ça.  Trouve une côte que t'as jamais monté à répétition.  Que tu ne connais pas le temps QU'HABITUELLEMENT tu prend à monter. Ça va être juste mieux pour ton égo.

Et puis, ne commence pas ta première course par la dirty40.  115 km avec 2000 mètres de dénivellés. C'est juste trop !  Mais quelle belle course en passant !  Comme un raid en vélo de montagne mais avec 500 cyclocross !  Je l'ai terminé sur les rotules avec de multiples crampes mais ce fut une super expérience.

La suite dépend de la météo d'automne.  Le circuit de cyclocross te permet de pouvoir pousser moins longtemps.  Et puis BOUM on dirait que les enfants tombent malades à tour de rôle aux deux fns de semaines.

Aussi bien lâcher prise, après tout, l'automne c'est fait pour avoir du fun !






vendredi 30 mai 2014

Arrivée de St-Raymond, sécuritaire ou non ?

Voici le lien pour voir l'arrivée du sprint à St Raymond la semaine passée.

D'après vous, ça passe ???

Attention, casques et cadres en carbone sensibles...

http://www.zapiks.fr/chute-arrivee-st-raymond-qc-.html

En passant, le gars qui fait du plongeon, c'est un ami qui était parti de Rimouski pour faire la course.

Pour les gens qui lui refile la faute, faut penser qu'à cette vitesse, t'as pas beaucoup de marge de manoeuvre pour réagir et prévoir les mouvements du peloton.

Va falloir que la FQSC en fasse plus....

Sérieusement.


mardi 22 avril 2014

Le bénévole.

Petit topo sur un être humain tout le temps oublié dans l'organisation des compétitions sportives, entre autre lors des courses cyclistes : Le bénévole.

S'il n'est pas présent pour tes compés, c'est que t'as pas de compé cette journée là.

En passant, ne prenez pas ça au premier degré.  On taquine juste ceux que l'on aime.

Type entre-jambe:  Celui qui te tient ton bike lors des épreuves de contre la montre.  S'il est gay, il passe une très belle journée à voir une majorité de fessiers masculins. Malgré les 2 traces de pneus dans son entre-jambe.  S'il est straight, il a hâte que les filles arrivent sur la ligne de départ.

Type boutonneux:  La petite fille ado à l'intersection d'une rue peu passante.  Check les autos pareil, elle texte tout le temps et s'emmerde. Sa mère l'a obligé à rester là 5 hrs en échange du char pour aller chez son chum ce soir.

Type police:  La loi, c'est lui.  Son dossard orange est un gun.  Niaise pas avec lui. Il prend ça à cœur comme toi tu prends ta compé à cœur.

Type intello:  Il a une barbe de 3 semaines, les cheveux longs grisonnants.  Le plus fiable.  Il s'en va en Gaspésie pour l'été.  Il n'est donc pas disponible en juillet.

Type louche:  Il louche, c'est tout. Il est normal mais t'ose pas lui parler parce qu'un oeil regarde ta blonde et l'autre te regarde.

Type bermuda:  Ce type va se reconnaître.  Il ne prévoit jamais de s'habiller en fonction de la météo du jour. Son météomédia est sur Cancun, Mexico.

Type sucré/salé : Il va s'installer sur un coin de rue loin de sa blonde pour enfin être capable de manger ses chips sans se le faire reprocher.  Pis une boîte de Smarties qu'il a caché dans le frigo.

Type coureur-organisateur:  Ce type veut redonner à son sport.  Mais comme il manque de bénévoles pour sa course, il ne peut y participer.  Pis ça le fait suer.

Type English:  Retrouvée principalement sur les bords de la course à Sutton.  Pantalon gris, polo rose, cheveux blanc, dossard orange trop grand sur elle, 70 ans.  Super fine, très dévouée. Aucune idée de ce qui se passe devant elle par contre parce que le peloton est déjà passé quand elle veut regarder. Elle jasait avec sa deuxième voisine.

Type immortel: Jean-Yves Labonté.  108 ans d'organisation de courses cyclistes.

Type cruiseuse: La fille aux inscriptions qui te laisse son numéro de téléphone écrit sur ton dossard.  Ça m'est jamais arrivé.  Simonac.

Type sauce: Le gars qui a une envie urgente.  Pogné sur un coin de rue achalandé depuis 4 hrs.  Ou celui qui amène les rouleaux de papier de toilette manquants dans la toilette sèche...

Type imbécile: Le gars qui crie après un bénévole. Peu importe s'il a raison ou non.

Alors, donc, appréciez et remerciez ces bénévoles, peu importe leur type !  Si vous participez à des événements, c'est en très grande partie grâce à eux !

Bon début de saison cher lecteurs avides de niaiseries !

Pour ma part je change des couches. Ce qui fait qu'en août je ne serai pas tanné de rouler puisque je n'ai pas commencé...!  Allez, j'm'en vais me choisir un cyclocross de cet automne...

jeudi 3 avril 2014

La mode fatbike...

En exagérant un peu, ça donne ça....

http://m.youtube.com/watch?v=X7PoiLWe0jw&feature=share